Dès le 23 décembre à 23h, les restaurants et établissements de loisirs seront fermés

Le Conseil d’Etat s’est réuni lundi 21 décembre pour une nouvelle évaluation de la situation sanitaire dans le canton de Genève à l’approche des Fêtes de fin d’année. Voici les principales informations communiquées suite à cette réunion.

Capture écran du site du Conseil d’Eta

Extraits du communiqué du Conseil d’Etat : “Pour rappel, les normes édictées au niveau fédéral pour contenir la pandémie de COVID-19 prévoient, de manière générale, une fermeture des cafés, restaurants, installations sportives, établissements culturels et de loisirs. Toutefois, les cantons dont la situation épidémiologique est favorable peuvent bénéficier d’une exception afin de maintenir ces lieux ouverts. Le taux de reproduction connu, ce lundi 21 décembre, est désormais supérieur à 1.

Les conditions pour bénéficier d’une exception ne seront donc plus remplies dans le canton de Genève. En outre, le nombre de cas au niveau cantonal reste élevé et les capacités hospitalières demeurent sous forte tension.

Le Conseil d’Etat a donc arrêté qu’à compter du 23 décembre à 23h, le canton de Genève ne revendiquerait plus d’exception et passerait sous le régime fédéral de restrictions. Les bars, cafés, restaurants, installations sportives, établissements de loisirs et de divertissement tels que musées et jardins botaniques seront fermés. Les bibliothèques et archives resteront ouvertes, mais les salles de lecture ne seront pas accessibles.

Les commerces et services devront fermer à 19h, ainsi que le dimanche. Selon le droit fédéral ils seront fermés en particulier les 25, 26 décembre 2020 et le 1er janvier 2021, mais ouverts le 31 décembre 2020. Leur capacité d’accueil sera en outre réduite.

Les rencontres privées restent limitées à 5 personnes sauf entre le 22 décembre et le 3 janvier (augmentation à 10 personnes, enfants compris).

Le droit fédéral prévoit que ces mesures conservent leur effet jusqu’au 22 janvier. Le Conseil d’Etat suivra toutefois régulièrement l’évolution de la situation sanitaire et, si celle-ci le permet, il ne manquera pas de se pencher sur les possibilités d’assouplissements. Pour ce faire, le canton devra pouvoir justifier d’un taux de reproduction inférieur à 1 pendant sept jours consécutifs, ou à 0,9 dès le 5 janvier 2021.

error: Contenu protégé !