Alain Riat, le sacrifié

L’élu PLR voulait se présenter à la Mairie de Versoix. Il ne sera finalement « que » candidat au Conseil municipal le 15 mars prochain. Une mise à l’écart destinée à permettre à Jean-Marc Leiser d’accéder enfin à la Mairie.

Le PLR Alain Riat.

La politique a ses raisons que la raison ignore parfois. Alain Riat l’a appris à ses dépens lors d’une assemblée générale de son parti. Celle où les candidatures PLR au Conseil administratif ont été validées. Les candidats ? Le candidat ! Car contrairement à toute attente, il a finalement été décidé de ne présenter qu’un nom pour l’élection « au CA » de mars et avril prochains. 

Une situation surprenante, car une bonne partie du PLR avait bien l’intention de présenter deux des leurs. Le premier pour succéder à Patrick Malek-Asghar, Conseiller administratif partant. Logique. Le deuxième pour récupérer le siège perdu en 2015 aux dépens des socialistes.

C’est donc en toute confiance qu’Alain Riat (qui n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet) a proposé son nom en interne (Cédric Miche s’était également présenté dans un premier temps, avant de renoncer). Mais selon différentes sources, Patrick Malek-Asghar aurait stoppé net ses ambitions en annonçant qu’il n’y aurait qu’un PLR dans la course à la Mairie. Un choix surprenant justifié par « Malek », et sa volonté de jouer le statut quo politique au Conseil administratif : avec d’un côté un PDC, un PLR et de l’autre la Socialiste.

Tout était joué d’avance.

Au sein du parti, certains contestent, mais rien n’y fait, car « quoiqu’il arrive tout ce que dit Patrick Malek-Asghar est parole d’évangile». Deux candidats se sont donc présentés… mais en interne : Jean-Marc Leiser et Alain Riat. C’est le premier qui l’a emporté (par cinq voix de différence selon une source). « On a compris que tout était joué d’avance. Leiser s’était assuré des votes en téléphonant quelques jours auparavant aux membres du parti, confie un déçu. C’est tellement lui cette façon de fonctionner…  » 

Mais aujourd’hui, plusieurs membres se sentent déstabilisés par la situation. Car Patrick Malek-Asghar aurait assuré aux siens qu’un seul PDC se présenterait au Conseil administratif. Le pensait-il vraiment ? Réputé pour être un fin tacticien, Patrick Malek-Asghar s’est trompé. Le parti de centre droit a en effet saisi cette opportunité pour présenter un deuxième candidat : Gilles Chappatte. 

« Leiser ne fait toujours pas l’unanimité au sein du parti ainsi qu’auprès de la population »

« La candidature de Jean-Marc Leiser est légitime, c’est quelqu’un d’ici et je ne la remets pas en cause, explique un membre du parti, mais en même temps le fait qu’Alain Riat soit écarté de la sorte alors qu’il y avait une réelle chance de récupérer notre deuxième siège est pour le moins surprenant. D’autant que Leiser ne fait toujours pas l’unanimité au sein du parti ainsi qu’auprès de la population ».

« On est fou de se priver d’une telle candidature, poursuit une source. « Riat est connu dans tout Versoix pour ses activités au sein de la Musique municipale, et pas seulement. Il est populaire et apprécié. C’est justement ça le problème poursuit notre interlocuteur. En cas de double candidature, Alain Riat allait forcément passer devant Leiser, assure-t-il. Mais alors pourquoi donc se priver de ce candidat ? Malek-Asghar a promis le poste à Jean-Marc Leiser, c’est son protégé et avec lui à la Mairie, Malek contrôlera tout, conclut notre informateur.

Un membre du parti affirme pourtant qu’Alain Riat pourrait encore être élu à la Mairie. « Si Leiser effectue un mauvais score, le parti a la possibilité de le présenter au deuxième tour de l’élection. Ce serait l’assurance de garder notre siège. » Vérification faite auprès de la Chancellerie à Genève, c’est effectivement possible. Mais peu probable. 

La situation au sein du PLR est donc pour le moins étonnante. Alors que le parti de droite pouvait légitimement placer deux des siens dans la course, Patrick Malek-Asghar a préféré sacrifier le deuxième siège PLR dans le but de faire élire son poulain. Le jeu en vaut-il la chandelle?

Une pensée sur “Alain Riat, le sacrifié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *