La Pelotière, une cité oubliée ?

Par Djamel Bourbala, Versoisien, Vice-Président du Club fauteuil roulant de Genève Vice-Président de l’Association Arthéliens.

 

 
 
La Pelotière.

 

 

“La Pelotière est un quartier que beaucoup qualifient de ghetto. Moi, je dis non !
Beaucoup de mauvaises informations circulent d’ailleurs sur ce quartier par rapport aux autres lieux de Versoix. Mais pourquoi ?
Il y avait un espace-rencontre, puis un café des habitants et puis « l’espace passerelle ». Cet espace, les gens s’y retrouvaient pour des moments de convivialité et des activités en tout genre. Les TSHM étaient très présents. Ils soutenaient les jeunes, les familles. Il y avait aussi l’association Arthéliens, dont je fais partie, qui proposait des activités créatives et un groupe de paroles encadré par un professionnel, autour d’un café.
Mais depuis que David, le TSHM, est décédé, et Mahdi et Julia qui sont partis, il n’y a plus vraiment d’activités dans le quartier. Comment expliquer cela ?
Pourtant, les travaux ont été réalisés au sein de la salle du café rencontre pour des activités. Il y avait l’association des loisirs de la Pelotière qui organisait des manifestations, ainsi que la présence de la police municipale, qui avait tissé des liens avec les jeunes. Mais depuis deux ans, rien. La jeunesse est confrontée a elle-même. Non, la Pelotière n’est pas une cité maudite ou un quartier de seconde zone ou une cité interdite. C’est une cité oubliée. Il faut que cela change.
Espérons que la nouvelle cheffe de service social de la Mairie changera tout cela et que les activités et le soutiens aux associations reprennent. On en a tous besoin.

 

error: Contenu protégé !